Présidentielle : Mélenchon démasque Le Pen

Marine Le Pen candidate du pouvoir d’achat ? Ses très nombreuses absences et oppositions sur des sujets cruciaux pour le pouvoir d’achat à l’Assemblée, disent beaucoup plus que sa communication. Hier en hologramme dans 11 villes du pays, Jean-Luc Mélenchon a pu démasquer la candidate d’extrême-droite. Réforme des retraites, impôt sur la fortune, taxe sur les profiteurs de crise, nationalisation des autoroutes, RSA pour les 18/25 ans, Parcoursup, mais également violences faites aux femmes, endométriose, Référendum d’initiative citoyenne (RIC)… Pour chacun de ces débats, Marine Le Pen était absente au Parlement.

En plus de refuser l’augmentation du SMIC, le blocage des prix ou le dégel du point d’indice des fonctionnaires, et de son revirement en faveur du remboursement de la dette et de l’austérité dans nos services publics.. Derrière la communication, le programme économique de Marine Le Pen constitue la menace d’une nouvelle saignée pour les classes populaires. Notre article.

Retraites : Le Pen a reculé, Le Pen s’est macronisée

Marine Le Pen démasquée par Jean-Luc Mélenchon. Petits rappels à toutes fins utiles.

Concernant les retraites, la candidate d’extrême-droite était absente lors des débats à l’Assemblée nationale. Le gouvernement a été tenu en échec, notamment grâce à la mobilisation des députés insoumis. On comprend mieux l’envie d’Emmanuel Macron de décaler rapidement l’âge de départ à la retraite à 65 ans s’il est réélu. Sur le sujet, Marine le Pen a reculé, abandonnant la retraite à 60 ans, Marine Le Pen s’est macronisée depuis 2017.

On comprend mieux son absence face au gouvernement à l’Assemblée nationale au moment de la mobilisation historique de la réforme des retraites. Le Pen 2022 a trahi Le Pen 2017. Avec son système, certains devront travailler jusqu’à parfois… 67 ans. Les Français ne doivent pas être dupes de sa communication.

ISF, taxe sur les profiteurs de crise : Marine Le Pen, l’autre candidate des riches

Si elle fait tout pour se donner l’image de la candidate du peuple, les faits disent parfois beaucoup plus que les discours. Comment Marine Le Pen peut-elle expliquer son absence à l’Assemblée nationale lors des débats sur l’impôt sur la fortune (ISF) et sur la taxes sur les profiteurs de crise qui se sont gavés en pleine crise sanitaire ? Comment n’est-elle pas venue prendre position contre la suppression de l’ISF, mesure des plus symboliques du quinquennat. De même pour les discussions sur l’instauration d’une taxe sur les profiteurs de crise ? S’ils l’emportent, les insoumis, eux, rétabliront l’ISF et mettront en place une taxe sur les profiteurs de crise.

Sur ce même sujet, ne venez surtout pas parler de blocage de prix à Marine Le Pen. L’autre candidate des riches ne souhaite pas s’attaquer aux marges des grands groupes, préfère défendre les pétroliers plutôt que le pouvoir d’achat des Français. Et ce, alors même que les prix à la pompe explosent et que les Français doivent choisir entre se déplacer et se nourrir tellement l’essence à la pompe leur coûte cher

Violences faites aux femmes, endométriose : le féminisme en carton de Marine Le Pen

La candidate du Rassemblement National « était absente lors de l’examen de la loi contre les violences faites aux femmes en décembre 2019. Absente le jour où le groupe La France Insoumise a fait adopter à l’unanimité de l’Assemblée nationale la loi reconnaissant l’endométriose comme une maladie de longue durée« , a vilipendé Jean-Luc Mélenchon hier soir. Marine Le Pen ne semble en effet pas du tout préoccupée par le sujet.

Marine Le Pen féministe ? Aussi crédible que de la qualifier de défenseur de la cause animale du fait de ses chats. Le programme et la candidature de Marine Le Pen ont été qualifiés de « mysogine » dans le classement de l’association « Osez le féminisme ! », tandis que le programme de l’Union populaire a été désigné comme le plus à même de défendre les droits des Femmes. Le bilan féministe de la candidate d’extrême-droite fait peine à voir : vote contre toutes les lois renforçant les droits des femmes (IVG, égalité salariale), stigmatisation des prétendus « IVG de confort« , instrumentalisation du féminisme à des fins anti-immigration et racistes.

Refus d’augmenter le SMIC, de bloquer les prix, de dégeler le point d’indice des fonctionnaires, recul sur les retraites, arnaque sur l’ISF, remboursement de la dette, maintien de la flat-tax, austérité dans les services publics… Le programme économique du Rassemblement national (RN) est une saignée pour les classes populaires. Quand la grande majorité des candidats de gauche concentrent leur coups sur Jean-Luc Mélenchon, le candidat de l’Union populaire a le mérite de démasquer l’extrême-droite. Ce dimanche, elle peut-être balayée dans les urnes dès le premier tour.

Le Pen