L’Europe qui ne nous protège pas mais nous étrangle s’organise à présent pour nous détrousser.

Seul ou presque dans l’hémicycle, Younous Omarjee, notre unique député européen (le PCF refusant de nous rendre comme convenu le mien depuis mon départ à l’Assemblée nationale), utilise son temps d’explication de vote pour avoir la parole sur le budget de l’Union européenne. Il nous apprend une nouvelle très révélatrice de l’abaissement du respect dû aux Français dans cette institution. Toujours montrée du doigt, mise en cause pour déficit excessif, la France est pourtant considérée et traitée comme une vache à lait incapable de se défendre à l’heure de la traite. Alors quand il faut passer à la caisse en payant leur contribution, les Français font en effet des découvertes embarrassantes. Younous Omarjee est le seul qui ose confirmer l’abus dont sont victimes les Français dans l’Union Européenne. Ce que j’ai déjà dénoncé à la tribune de l’Assemblée nationale est confirmé.

 

younous omarjee

 

@younousomarjee

 
 

« La France continuera a payer le rabais britannique jusqu’à 2025 . Et les rabais sur le rabais des autres pays dont l’Allemagne. Incroyable! Et injuste! »

 

Les Français savent déjà qu’ils donnent 7 milliards de plus à l’Europe qu’ils ne reçoivent d’elle. Nous sommes donc « contributeur net ». Et pas qu’un peu ! Pourtant le pays ne roule pas sur l’or. Il manque de tant d’équipements publics ! Mais son argent sert à équiper d’autres contrées. Un luxe somptuaire par les temps qui courent. Mais ce n’est pas tout. Il y a l’affaire du « rabais anglais ». Une histoire désolante.

Il y a de cela quelques années, sous Thatcher, l’Angleterre a obtenu un rabais sur la cotisation qu’elle devait à l’Europe comme tous les pays membres. Thatcher se disait pauvre. Elle n’avait pas honte de le dire. Et pas honte de tendre sa sébile. On lui céda. Ce qu’elle devait payer le fut donc par les autres. Les Français firent les braves. Mais plusieurs autres pays ne l’entendaient pas de cette oreille. Et parmi eux, les riches Allemands. Ils demandèrent un rabais sur leur contribution au paiement du rabais anglais. Ça s’appelle « le rabais sur le rabais ». Vu ? Ils l’obtinrent. Et les Français, encore une fois ont accepté de payer à la place des autres ! « Braves Français » ont du rire les Allemands.

À présent, les Anglais sont partis. Le budget doit se passer de leur contribution avec ou sans rabais. Mais la contribution des Français reste au même niveau jusqu’en 2025. Autrement dit, nous allons encore payer la part qui revenait aux Anglais (le rabais) et aux Allemands (le rabais sur le rabais). Au seul bénéfice de ceux qui ne paient pas ce qu’ils devraient. C’est l’arnaque allemande. Et comme si ça ne suffisait pas, l’imprudent Macron a continué dans la tradition du panache gratuit mais coûteux. Il a annoncé que la France serait prête à payer davantage pour contribuer à l’Europe qui blablabla. Pourquoi cette générosité ? D’autant que l’Union européenne va nous rendre moins dorénavant qu’auparavant. Oui : nous allons donner plus et recevoir moins. Pourquoi ?

Parce que la Politique agricole commune va reverser moins aux agriculteurs français ! Ils ont trop et trop bien réparti sans doute. Mais ce n’est pas tout. Les régions de France reçoivent des subventions payées par l’Europe avec l’argent de la cotisation des États membres bien sûr. L’argent des Français leur revient de cette façon aussi. Il y a trois catégories dans le classement des régions par leur richesse. Ce classement fixe le montant de l’aide européenne. Peu pour les riches, davantage pour les pauvres, moyennement pour la tranche du milieu dite « en transition ». Et l’enveloppe globale que recevra la France pour l’ensemble de ses régions est annoncé avec plus de 5% de baisse, soit 1 milliard d’euros de moins alors que la France a annoncé la hausse de sa contribution au budget européen. Bref l’Europe qui ne nous protège pas mais nous étrangle s’organise à présent pour nous détrousser. Avec le sourire ? Même pas. Les faces de pierre du gouvernement allemand ne sourient pas.

Jean – Luc Mélenchon