Affaire Macron/GL Events: des réactions indignées dans la classe politique

Les factures démontrant les cadeaux faits par GL Events à Emmanuel Macron ont suscité des réactions outrées à gauche comme à droite de l’échiquier politique. Plusieurs partis exigent une enquête approfondie.

l aura suffi de quelques heures pour que les révélations de Mediapart sur les avantages octroyés par GL Events à Emmanuel Macron pendant sa campagne électorale suscitent des réactions, souvent indignées, du monde politique. À droite comme à gauche. Et ce, avant même que nous publiions de nouvelles facturesdémontrant l’inanité des arguments avancés par l’entreprise d’événementiel pour justifier ces ristournes étonnamment élevées.

Sur les réseaux sociaux, Jean-Luc Mélenchon, qui se présente comme le premier opposant à Emmanuel Macron, s’est fait le relais du Journal officiel qui stipule que « les personnes morales […] ne peuvent participer au financement de la campagne électorale d’un candidat […] ni en lui consentant des dons […] ni en lui fournissant des biens, services, ou autres avantages directs ou indirects, à des prix inférieurs à ceux qui sont habituellement pratiqués ».

Le député de Marseille s’en est aussi pris à la presse dite « mainstream » qui ferait deux poids deux mesures : « Allez France Inter “le service investigation”, France Info, France 2. Un effort ! », leur a-t-il enjoint sur son mur Facebook, en référence à ces médias qui avaient publié, à l’instar de Mediapart, des articles pointant des anomalies sur ses comptes de campagne.

« Qu’il y ait de petites variations, O.K., mais une ristourne de 100 %, c’est aberrant ! Et puis ça pose la question du retour d’ascenseur », avance le député insoumis de Seine-Saint-Denis, Alexis Corbière, qui rappelle que « l’aide en nature, c’est un motif d’invalidation » de l’élection.

De là à entamer une action en justice ? « On n’en est pas là », assure-t-il néanmoins. « Déjà, au niveau de l’Assemblée nationale, on a proposé la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire sur les conditions d’exercice des scrutins », ajoute Manuel Bompard, porte-parole du mouvement, qui dit avoir eu vent d’autres irrégularités commises par l’équipe d’Emmanuel Macron durant sa campagne.

Si La France insoumise a décidé de porter l’affaire des comptes de campagne d’Emmanuel Macron sur le terrain politique – plutôt que judiciaire –, Benoît Hamon préfère livrer un diagnostic plus général : « Ces gratifications constituent le énième symptôme du mélange des genres entre public et privé. C’est la face émergée de l’iceberg », estime l’ancien candidat du PS à la présidentielle.

Le leader de Génération.s précise que, lui aussi, il a eu recours aux services de GL Events durant sa campagne, notamment concernant l’organisation de sa convention d’investiture, mais qu’il s’agissait « d’un contrat entre le PS et GL Events, et le parti a payé plein pot ».

Samedi, le trésorier du Parti socialiste Jean-François Debat était allé plus loin sur Twitter : « On rappelle que tout “geste commercial” d’une entreprise à un candidat est totalement illégal et entraîne l’inéligibilité du candidat. C’est juste la loi », a-t-il écrit, bien que cela ne soit en réalité pas le cas.

Ancien candidat pour le NPA, Philippe Poutou ne s’est guère étonné de l’affaire, « un scandale parmi tant d’autres, un scandale ordinaire qui illustre la collusion entre le pouvoir politique et les classes possédantes ».

À droite aussi, l’affaire a suscité des réactions outrées. Sur LCI, la porte-parole des Républicains Lydia Guirous a dénoncé des « avantages » dont François Fillon n’a pas bénéficié dans la même période. « C’est une concurrence déloyale. Il faut une enquête plus importante et que toute la lumière soit faite sur cette affaire. »

Lydia Guirous, sur LCILydia Guirous, sur LCI

Quant à Valérie Boyer, députée LR des Bouches-du-Rhône et secrétaire générale adjointe des Républicains, elle a préféré relever la gêne de la présidence de la République : « Comme par hasard au moment où sort cette affaire, nous apprenons que le couple Macron paie ses croquettes et sa taxe d’habitation. Il s’agit évidemment d’un contre-feu pour faire diversion. Cette affaire nous rappelle à quel point Macron est issu du système et porté par le système, contrairement à ce qu’il veut faire croire. »

Sans surprise, sur Europe 1, ce lundi 30 avril, Hugues Renson, député de Paris LREM, avait tenté de déminer le terrain. Parlant « d’allégations de Mediapart » en dépit des factures publiées, le vice-président de l’Assemblée nationale a expliqué : « Il y a des procédures, en France, dans un État de droit, destinées à être respectées pour valider les comptes de campagne », sous-entendant que rien d’illégal ne peut être reproché à Emmanuel Macron dans la mesure où ses comptes ont été validés par la CNCCFP. « Ce n’est pas à Mediapart de décider ce qui est autorisé, ce qui n’est pas autorisé », a-t-il conclu.

Joint par téléphone le 30 avril, Stanislas Guerini, également député de Paris et porte-parole du groupe LREM à l’Assemblée nationale, a quant à lui préféré s’abstenir de tout commentaire sur les ristournes obtenues : « Je suis incapable d’apporter une réponse. »Ni même un avis d’ailleurs. Pourtant, Stanislas Guerini fait partie du premier cercle de jeunes cadres qui ont tôt accompagné Emmanuel Macron alors ministre de l’économie. Il a été secrétaire de l’association de financement d’En Marche! et membre actif de la campagne électorale en tant, notamment, qu’animateur de plusieurs meetings du candidat, dont celui – problématique – de la porte de Versailles le 10 décembre 2016.

  ET  – mediapart.fr

Quelques commentaires :

« L’indifférence, écrit Gramsci, est le poids mort de l’histoire. L’indifférence œuvre puissamment dans l’histoire (…). Ce qui se produit, le mal qui s’abat sur tous, ne se produit pas tant parce que quelques-uns veulent que cela se produise, mais parce que la masse des hommes abdique devant sa volonté, laisse faire, laisse s’accumuler les nœuds que seule l’épée pourra trancher, laisse promulguer des lois que seule la révolte fera abroger, laisse accéder au pouvoir des hommes que seule une mutinerie pourra renverser. (…) Je hais les indifférents (…) leurs pleurnicheries d’éternels innocents me fatiguent. Je demande à chacun d’eux de rendre compte de la façon dont il a rempli le devoir que la vie lui a donné et lui donne chaque jour, de ce qu’il a fait et spécialement de ce qu’il n’a pas fait. Et je sens que je peux être inexorable, que je n’ai pas à gaspiller ma pitié, que je n’ai pas à partager mes larmes. »

 

MACRON le privilégié Pourquoi n’y a t’il pas de réaction d’indignation de la majorité ? Paraît il qu’il n’y a pas que des politiciens mais aussi des députés venant de la société civile. À quoi cela sert il de renouveler la classe politique pour rester à ce niveau de connivence ? Après Alstom donné en pâture a GE, le coup de main à hauteur de 300 000€ à Bouygues, Macron 1e est encore une fois grillé dans son écrin de privilèges. On peut être d’accord ou pas avec sa politique mais en tant que citoyen on ne peut être que choqué face à de telles anomalies et encore plus devant les tentatives d’étouffer l’affaire. Je note qu’il y a un an, Macron est allé à Albi sur les trace de Jaurès pour un discours clôturant sa campagne présidentielle : « Le modèle auquel je crois, d’un dialogue social extrêmement vivace, est un modèle qui va jusqu’à la cogestion, et c’est ce que je souhaite dans les prochaines années (…) développer ». Moins d’un an plus tard lors de sa visite au Panthéon, bien qu’en face de la tombe de Jaurès, Macron n’aura pas un signe, pas un geste, pas un regard. Il est l’ultime incarnation de la 5e république, un comédien tout puissant prêt à tout trahir.

De deux choses l’une. Ou bien une action en justice, pouvant entraîner des sanctions, financières, politiques, est concevable, et dans ce cas, ne pas tout faire pour la mener constitue une indulgence paresseuse inexcusable de la part des oppositions, ou bien un aveu feutré de complicité, soit une telle action est rendue impossible par le droit et alors on devrait plutôt, je crois, parler d’autre chose.

Le problème c’est que la commission de validation des comptes électoraux n’est pas impartiale ! Les “juges” ont été choisi par le système, il ferme donc les yeux sur ce qui sert le système.

“Alexis Corbière, qui rappelle que « l’aide en nature, c’est un motif d’invalidation » de l’élection.”, sait aussi cette partialité. C’est pourquoi la FI ne porte pas plainte devant cette commission.

Mais si d’autres faits similaires s’accumulaient, il deviendrait indispensable de demander l’invalidation de l’élection présidentielle pour fraudes. Ce serait une excellente manière d’arrêter notre descente aux enfers ultralibéraux du PRÉSIDENT DES ULTRA-RICHES.

Médiapart cherchez encore ! Il ne peut qu’y avoir financements illicites suite à la visite aux banquiers de la City au début de la campagne de notre ex-banquier-ministre à Londres

Creusez, creusez encore, vous trouverez !

La commission des comptes de campagne comme on l’a vu par le passé, n’invalidera jamais totalement les comptes du gagnant, obligeant le conseil constitutionnel à intervenir, comme on l’a vu avec Sarkozy dont les dépenses pharaoniques ne pouvaient pas ne pas crever les yeux!. Ou comme avec Chirac.

Le risque du chaos que cela serait supposé entraîner est l’excuse de façade

«Pour les législatives, c’est facile d’invalider, pour la présidentielle, c’est une autre paire de manches, explique Didier Maus. On peut juridiquement imaginer une annulation mais politiquement, c’est lourd de conséquences. Tout le monde espère que ça n’arrive jamais.» Y compris le Conseil constitutionnel, garant de l’élection. En 1995, quand les comptes de campagne de Jacques Chirac, récemment élu, s’étaient révélés irréguliers après examen, l’institution avait ainsi préféré fermer les yeux. «Peut-on prendre le risque d’annuler l’élection présidentielle et de s’opposer, nous, le Conseil constitutionnel, à des millions d’électeurs et, ainsi, remettre en cause la démocratie?», s’était interrogé plus tard son président, Roland Dumas, pour justifier son choix” Justifiant l’aveuglement volontaire, au nom de la démocratie!?

Hé oui, Sa Grande Suffisance est un imposteur, les masques tombent, bottons le cul de ce Petit Monarque, bouffon de la finance, qui une fois son œuvre terminé retournera se remplir les poches chez ses obligés. France = République corrompu

 LREM : Les Rapaces En Meute !

Les Ripoux en Marche

 

Comment le Conseil Constitutionnel et le Conseil d’Etat ont pu validé les comptes de Macron ? 

Faut il vraiment que ce soit un des derniers des Mohicans de la presse indépendante, de la presse libre, qui nous révèle cela ? 

La Vème est bien un régime pourri qui usurpe le concept de République !

 

En attendant, ce sont les élus LREM qui sont gênés aux entournures : « Ce n’est pas à Mediapart de décider ce qui est autorisé, ce qui n’est pas autorisé », a donc déclaré Hugues Renson, député de Paris… On ne saurait exprimer plus clairement son embarras sur le fond du dossier…

 

Et le successeur de COLON, le Ministre de l’Intérieur qui ne manque pas une seule inauguration de chrysanthèmes au niveau local, et ne veut pas se démettre de fonctions qui sont dévolues habituellement au Maire de l’agglo qu’il n’est plus,

celui-là qui a passé tout son temps à la mise en place de MACRON avec les moyens publics payés par les contribuables bien avant la campagne présidentielle officielle

Parmi eux, Karine Dognin-Sauze, l’adjointe au maire de Lyon en charge des Relations internationales et vice-présidente de la Métropole en charge de la Ville intelligente, Alain Mérieux, le président de l’Institut Mérieux, mais aussi Jean-Michel Aulas, le président de l’OL ou Olivier Ginon, le président de GL Events. Trois des plus riches Lyonnais, ayant tous des liens (économiques) forts avec la Chine. Pour Olivier Ginon, c’est aussi l’occasion de s’éloigner de la polémique des ristournes présumées de la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron

https://www.lyonmag.com/article/95002/aulas-ginon-merieux-dans-les-valises-de-la-ville-et-de-la-metropole-de-lyon-en-chine

https://www.lyonmag.com/article/94995/societes-publiques-locales-spl-gerard-collomb-refuse-de-lacher-deux-presidences

https://www.lyonmag.com/article/53413/conflits-d-8217-interet-a-lyon-hamelin-reclame-la-demission-de-fondeur

Campagne de Macron : les grosses ristournes de GL Events

 

C’est un banquier ….

Connaissez-vous un banquier qui ne soit pas un profiteur ???

Connaissez-vous un politique, banquier honnête ???

Il n’y a plus de Bongo ou de Kadhafi pour financer … alors ..

 

ce n’est quand même pas banal que lorsqu’une infraction de cette nature apparait au grand jour, il n’y a pas automatiquement de poursuites judiciaires pour corruption.

il s’est passé quelque chose de très grave, des intérêts inconnus (!?) ont mis au pouvoir une personne qui se trouve être entièrement a leur solde. Il est d’ailleurs curieux qu’ils n’aient pas maquillé ça en donations de français de l’étranger. Ce niveau de sans-gêne est un peu effrayant. Ils avaient Fillon qu’a-t-il fait pour leur déplaire ? Lemaire qui a salarié sa femme sur les deniers publics peut être ministre, ce n’est donc pas si grave.

 

Pourquoi parler d’un événement banal ? Et bien s’il est banal (vous accepté le qualificatif) c’est donc qu’il est pratiqué au quotidien et connu du plus grand nombre. Ceux qui l’ignorent veulent l’ignorer.

Cà fait maintenant 10 ans que je lis médiapart qui décrit avec précision, avec de rares autres, les mœurs de ceux qui nous dirigent. Cà n’est pas pour cela que les autres médias devant ces scandales répétés se soient décidés à dénoncer ces arnaques, au contraire. Et je ne vois pas que leurs lecteurs les abandonnent.

Effectivement comme vous dites, le troupeau bêle. Il bêle dans la médiocrité qui est celle de nos hommes politiques. Ils veautent pour eux et attendent l’homme providentiel sans avoir aucune idée de ce qu’est un citoyen.

Ce matin on nous dit, info intéressante et pertinente qui devrait se suffire à elle-même pour que les gens mènent leurs affaires au quotidien différemment, on nous dit donc que le CAC 40 à encore battu des records au mois d’avril après des records les mois précédents. Point de besoin que quelqu’un nous raconte que derrière cela il y a des magouilles. Il y en a obligatoirement.

Mais ce même troupeau (le mot est de vous) va alimenter le CAC 40 en achetant à crédit des “besoins” qui ne sont que des envies créées par les publicitaires du CAC 40. Crédits bien entendus «financés» par le CAC 40 qui devront être remboursés en échange d’un travail obligatoire fourni au bénéfice du CAC 40. Si au chômage, ce sont ceux qui travaillent pour le CAC 40 qui cotisent pour indemniser les chômeurs qui iront les redonner, ces indemnités, sous forme de dépenses au CAC 40. La boucle est bouclée. Il y aura donc dans le foyers une tablette et un I phone par personne à partir de 4 ans avec tous les forfaits qui vont avec, 3 ou 4 télés plus abonnement là aussi, 2 ou 3 ordinateurs en location de la FNAC et ………

Voilà ce que j’aimerai qu’un média suffisamment diffusé comme Médiapart mette en relation avec ce qu’il dénonce à juste titre.

Il serait aussi tant que nos médias nous disent quelle place il reste à l’état dans le processus que j’ai décrit plus haut, afin que cet état (l’état c’est les citoyens) prenne conscience du travail qu’il a à faire.

 

effectivement , il était reproché à Mélenchon d’avoir des factures “dans la moyenne du marché” ! ce qui est donc le contraire d’une irrégularité  ,

et là le problème c’est que macron est bien en dessous du marché … ce qui est interdit .

 

Depuis le début je pense que la campagne d’EM qui se prend pour Dieu n’a pu que couter très très cher… Le petit lièvre que lève Mediapart ici est un bon début mais me laisse sur ma faim.

J’ai pris sur moi de regarder le doc de BFM TV “Le casse du siècle”, consacré à la campagne et à l’élection de Macron.

Il n’y a pas de révélations fracassantes mais. Si l’on écoute attentivement et si l’on observe les nombreux protagonistes (tous les petits macs, profil golden boys, de la garde rapprochée macroniste défilent) – dès son entrée au secrétariat général de l’Elysée, puis au Ministère de l’économie (dont il se battait les flans) ils sont obsédés par la levée de fonds et le disent ces bêtats… on ne peut que se dire que ce merdeux, cinglé mais maléfiquement habile, a dû ramasser un pognon monstrueux pour sa campagne !

Ce n’est pas un scoop mais une étude de mœurs parfaitement révélatrice pour qui sait entende :

http://www.bfmtv.com/politique/enquete-bfmtv-le-casse-du-siecle-un-long-format-exclusif-sur-l-arrivee-de-macron-au-pouvoir-1431152.html

Bref, Médiapart commence “petit” sur cette enquête : de la bibine pour l’instant. Espérons qu’ils iront jusqu’au bout et que ce n’est pas pour taire le pire…

Sans oublier la couverture médiatique parfaitement obscène (et gratuite ?) lancée bien en amont de la campagne officielle et poursuivie ensuite : en aval à gober jusqu’à la lie. Ce serait vraiment, bien que difficile, à chiffrer…

En attendant la suite, merci à MDP pour ce début d’enquête. Il faut bien commencer quelque part, tant l’écheveau est complexe.

 

Vous pouvez les prendre la main dans le pot de confiture, ces gens-là nierons toujours leurs méfaits, il n’y a pas pire gangsters que les gens de “pouvoir politicard” fabriqués par l’E.N.A, ils sont plus que rotors, ce sont des truands plus que des hauts fonctionnaires. Il n’y a pas grand-chose à faire, quand ils se lancent en politique, ils deviennent des banksters de première

 

Jupiter est à la fois le Dieu du ciel et de la terre, rien de moins !

Faut-il être nase et fol pour laisser circuler telle comparaison… Et – hélas – s’en flatter.

Il est aussi le dieu de la foudre  : celle qui s’abat sur tout notre peuple qui doit être pétrifié pour grave péché aujourd’hui ?

Mais n’oublions pas aussi qu’en ces temps de grand désordre climatique, le fada prétentieux à l’ego démesuré pourrait se morfler un retour de feu, la foudre se retournant parfois en direction de son émetteur…

 

Euh… vous devriez peut-être changer de pseudo, non… histoire d’échapper au mauvais sort.