Ce n’est pas 1,42€ par voix, c’est un marché à plus de 1 Milliard

“La France n’a pas de pétrole, mais elle a des élus, beaucoup trop d’élus rappelle le Cri du Contribuable. Avec 600 000 élus en France, c’est quasiment 1% de la population qui est concernée (record mondial), mais l’ensemble de la population qui en paye les frais.”

Sur ce marché électoral, les partis classiques se repartissaient globalement les parts avec quelques nuances tous les 5 ans. Voir l’étude du Monde : Financement des partis

Le financement public des partis,le 1,42€ par voix, n’est que la partie visible de l’iceberg, on peut l’évaluer grosso modo à 100 millions d’euros ( financement plus remboursement frais de campagne).

Seuls les partis qui ont présenté des candidats ayant obtenu au moins 1% des voix dans au moins 50 circonscriptions, vont pouvoir en bénéficier Vous comprenez le principe, on dépense quelques centaines d’euros pour des affiches et ça rapporte un financement public important environ 7€ par voix (sur 5 ans) au parti, on va dire en fonction de la circonscription de 2 000€ à 20 000€ ( pour 1% des voix) pas mal non. On comprend ainsi pourquoi il y a autant de liste et pourquoi les alliances à Gauche ou à Droite sont si difficiles à mettre en place. Allez faire un tour du côté de Gennivilliers, il y avait 23 candidats.

Vous pouvez consulter les résultats officiels, et  on y voit que le PCF a obtenu 2,77% , le PS 7,44% et France Insoumise 11,03%. Il faut noter que France Insoumise n’est qu’a quelques points du FN 13,20% et de LR 15,77 , pour un parti aussi jeune c’est une réussite exceptionnelle que peu d’éditorialistes soulignent. Et contrairement à ce que déclare Pierre Laurent «Nous payons cher nos divisions». J’ai regardé dans 5-6 départements (Paris – Seine et Marne – Essonne – Yonne -Hautes Alpes – Ardèche – Drôme ) pris un peu au hasard et comme je m’en doutais alliance ou pas , ça ne changeait absolument rien ( vous pouvez vérifier sur ce site on prend un département au hasard). J’ai juste trouvé un petit cas limite dans la 7e en seine et marne, pas une victoire possible, mais la présence du Fn au second tour qui aurait  pu être évitée mais pas sûr il y avait beaucoup de liste. Et un abonné m’a signalé un cas semblable en Isère, mais aucune victoire possible. ( je n’ai pas pu tout vérifier bien entendu, pour allez voir mon billet M.Laurent).

Le financement réel est nettement supérieur de l’ordre du Milliard d’euros uniquement pour les députés et sénateurs. Ensuite si vous ajoutez 72 députés européens,2040 conseillers régionaux, 4054 conseillers généraux, 36 785 maires, plus d’un demi-million de conseillers municipaux….. Voir l’étude complète les chiffres dépassent largement le milliard.

« Chacun des 577 députés coûtera donc cette année à la nation 870 328 euros, soit 2 384 euros par jour ; et chacun des 331 sénateurs, 933 286 euros, soit 2 557 euros quotidiens ! Un député français au Parlement européen coûte près de 22 000 euros par mois… hors notes de frais et dédommagements divers ! »

On comprend qu’il s’agit d’un marché considérable et sur ce marché deux nouveaux acteurs arrivent en force : « En Marche » et « France Insoumise » avec près de 44 % des voix au premier tour. On commence à comprendre la panique qui s’emparent des partis classiques habitués à diverses tambouilles pour se répartir le gâteau.

Rapidement on comprend, lors de la désignation des candidats pour les législatives, que derrière le beau discours de la nation en danger de F. Bayrou, il y avait une répartition du gâteau pour Le Modem un parti qui électoralement ne représentait plus grand-chose.

On comprend également que l’accord Jadot-Hamon reposait sur cette même “tambouille”. Et inutile de revenir sur les articles ou billets qui déploraient l’impossible alliance à gauche, tout a déjà été écrit, parfois avec virulence.

L’arrivée en force de deux nouveaux acteurs sur un marché ne peut donner lieu qu’a des guerres parfois fratricides. Mais le débat n’était pas inutile, il a permis de faire connaître le principe et surtout le montant du financement des partis.

LREM va réaliser une opération exceptionnelle, à peine arrivée sur ce marché, elle va prendre plus de 70% des parts car naturellement dans la foulée des législatives on aura ensuite les Sénateurs, Conseillers régionaux, Conseillers généraux, Maires, Conseillers municipaux, Députés européens.